Blog mode d'emploi :

Ce site se veut interactif. Créé par APIS dans une logique participative, il est ouvert aux contributions des salariés de Mondi et de Lejaby qui vont progressivement faire eux aussi des textes, des photos pour illustrer le quotidien de leurs luttes. Pour les soutenir ou faire leurs propres propositions, les lecteurs peuvent apporter des commentaires. Pour cela il vous suffit de cliquer sur le titre d'un article. Celui-ci apparaitra alors sur une nouvelle page. Au bas de l'article un écran permet au lecteur de rédiger son commentaire qui est immédiatement publié.
Un bon moyen pour encourager les Lejaby et les Mondi dans le bras de fer contre leurs patrons et pour les soutenir et les accompagner dans la reconversion professionnelle à laquelle ils seront obligés. Une possibilité aussi pour les joindre et leur communiquer offre d'emplois, propositions de coups de main, messages de sympathie etc..."

Merci d'avance pour eux

mercredi 15 septembre 2010

Portraits sensibles 2M Bernard Tessier


Mercredi 15 septembre


Second portrait des Mondi: Bernard le délégué CFDT au CE (syndicat majoritaire sur le site de l'Homme d'Armes).


J'ai rejoint Bernard hier, à Montélimar, dans un quartier populaire périphérique ou sa famille est installée de longue date. Sa maison jouxte celle de ces vieux parents. Un grand champ dans lequel gambadent quelques chèvres naines et où des oies se dandinnent en possant du col.

Après avoir élevé ses deux filles aujourd'hui très grandes et echappées du nid, il se retrouve un peu seul dans la maison vide. Heureusement il a ses bêtes, celles du dehors déjà présentées et les trois chats qui peuplent la maison. Il y a aussi le tic-tac des réveils et des pendules que Bernard collectionnait. Mais maintenant il a arrêté. Il n'y a plus de place!
J'ai bientôt 48 ans et cela fait 27 ans que je suis chez Mondi. J'ai travaillé deux ans en hotellerie et dans le bâtiment et après j'ai trouvé l'opportunité de rentrer chez Smurfit. C'est un voisin qui m'a dit: il a des départs en pré-retraite chez Lembacel, tu devrais aller voir! Les patrons avaient le devoir de réembaucher. J'y suis allé, je me suis présenté et voilà ils m'ont pris. Je suis imprimeur, je n'ai pas de formation spéciale pour cela, j'ai appris sur le tas. Je suis Montilien et Lambacell c'est quasiment toute ma vie professionnelle.
Vous étiez déjà marié en entrant à l'usine? Quasiment puisque je me suis marié et le jour de mes 23 ans j'ai eu ma première fille Charlotte.
Qu'est-ce que vous avez trouvé à l'usine? C'était des nouveaux copains, une bonne ambiance, des bringues parce qu'on était jeunes... Il me semblait aussi que j'avais un boulot intéressant, assez autonome, où on est responsable de son travail sans toujours avoir un chef derrière soi. Les conditions de travail sont dans l'ensemble assez bonnes, Des salaires assez bas mais sur 13.5 mois, de la participation, de l'intéressement et au début pas trop de stress.
Avez-vous l'impression que les conditions de travail ont évolué? Ah oui! ca s'est vachement dégradé avec le temps. Avec toutes les certification l'ISO 9000 et maintenant le BRC, à chaque fois ils nous en rajoutent. Chez Mondi on travail sur des sacs pour l'alimentation animale et on a encore plus de contraintes que chez Autajon ou ils font les emballages des médicaments. Il faut fermer les fenêtres pour que les moustiques ne viennent pas contaminer la chaine. En hiver ca vas mais quand il fait 42° dehors vous voyez ce que cela donne! Ca devient débile, on prend plus de précaution pour les animaux que pour les hommes.
Et le travail posté? Le travail posté c'est assez difficile. On commence à prendre le rythme et voilà ca s'arrête. Le matin il faut se lever à 4h et quand on est d'après-midi et bien jamais le soir on se couche!.Pour la vie de famille il faut que ca suive, que tout le monde s'adapte. Quand on a des enfants petits il faut leur faire comprendre que" papa il dort" parcequ'il a travaillé toute le nuit, alors qu'elles, elles ont envi de s'amuser. Et pour la vie de couple c'est pareil, c'est pas facile , toujours en décalage... Aujourd'hui je suis divorcé mais je crois pour d'autres raisons.
En dehors du boulot? Avant j'habitais à Alba la Romaine. Je faisais parti du comité des fêtes. Une fois, pour tirer un feu d'artifice, j'ai été obligé de passer l'EK4 et aujourd'hui je suis aussi artificier. C'est plus un hobby, une passion. Certaines années j'y passais tous mes congés : c'était St Maxime , Monaco... tout des beaux coins que je n'aurais jamais connu si je n'avais pas été artificier. C'est cevenu un vrai travail, assez physique parce que quand on tire un feu depuis une barge en pleine mer...c'est un sacré boulot! Parfois comme à La Roche de Glun on se retrouvait à 12 artificiers.
Et avec les enfants, pas trop difficile d'être un papa seul? Ma fille ainé Charlotte avait 14 ans quand elle revenue vivre avec moi. Elle était déjà autonome. Aujourd'hui elle a bientôt 25ans. Avec son copain ils sont tous les 2 au chomâge. Elle travaillait chez Autajon en CDD et puis le contrat s'est terminé.. Ils vivent dans un joli coin un peu perdu dans la montagne: il faut garer sa voiture et faire 1 km à pied pour aller les retrouver.
Ma seconde fille, Marion, c'est une baroudeuse. Elle part en voyage parfois très loin: l'an dernier pendant 5 mois en Amérique du Sud, cette anné la Grèce en passant par l'Italie et en revenant par l'Albanie. Actuellement les vendanges en champagne, parce que ca paie bien. Elle repartira pour l'Amérique du Sud parcequ'elle n'a pas eu le temps de tout voit. Elle a un BTS de comptabilité, un CAP de coiffure et un diplôme d'aide à la personne maintenant.
Et l'engagement syndical ? il a commencé très tôt. Dans l'hôtellerie j'ai été licencié: prud'hommes etc. Quand je suis entré à Lembacel j'étais donc déjà dans le bain. Je suis délégué syndical depuis 26 ans. C'est des convictions. On veut se battre contre certaines injustices. J'ai été défenseur prud'homme pendant 20 ans. Et là les injustices on les voit tous les jours! On voit la misère des gens qui sont mis à la rue et qui sont virés comme des mal propres.
Et qu'est-ce que cela fait de se retroouver soi-même dans cette situation là? La déprime, et je suis encolère, j'ai la haine, je trouve pas normal queMondi nous rachète et 2 mois après ils virent tout le monde. Dégouté...je ne sais même pas comment traduire ce qui nous tombe sur la tête.
Dans l'entreprise les gens sont assez calmes. bien sûr ils sont tous dégoûtés aussi, bien sûr on essaie de jouer la montre et de traîner. Quand on va être au chomâge nous n'aurons pas le même salaire. Si on peut gratter un mois par ci un mois par là c'est bien. On est ous d'accord.
Vous envisagez déjà l'avenir? Moi je ne me projette pas. Je ne vois pas ce que je vais faire derrière, question d'âge, d'être obligé de tout recommencer à zéro et pour faire quoi? j'ai pas d'idée. Normalement il y a une cellule de reclassement qui devrait être mise en place. Le cabinet BPI nous a été présenté. Ils ont voulu nous vendre leur trucs. Nous ont sait qu'ils se sont occupé d'une imprimerie à Malauscène. Sur 220 licenciés ils en ont recasé 14 en CDI et une quarantaine en intérim. Tout les autres sont resté sur le carreau. Pour eux, mettre en intérim, c'est recaser! L'employeur voulait nous les imposer. On a refusé et demandé d'en voir d'autres.
De quoi sont faites vos journées maintenant? Beaucoup de contacts, avec les mairies, les élus... on essaie de taper aux portes un peu partout. Ca commence à bouger et apparment à la Sésame ca marche pas mal. Le Conseil Régional souhaite qu'on monte à Valence pour aller expliquer ce quise passe chez Mondi. On est pas mal soutenu et ca fait plaisir parceque ce n'était pas gagné.
Le chomage fait peur?
Oui le chomâge fait peur et j'ai peur de m'y installer dedans, parcequ'une fois installé dans le chomage, on, se lève plus le matin, on se coupe du monde et ca c'est dangereux, et pour retourner au boulot ca doit pas être facile.
Vous voyez votre avenir à Montélimar ou ailleurs? Eventuellement un peu autour mais pas trop loin. Je suis propriétaire de ma maison et je ne veux pas la vendre. Ici je suis chez moi, je me sent bien et j'irai pas loin. Alors j'espère un boulot et rapidement parce que je ne voudrais pas être chomeur.

1 commentaire: